Oubli de mot de passe
Déjà inscrit ?
 
Se connecter
 
Déjà inscrit ?
 
Nouveau visiteur ?
Date de naissance

Festival Montier 2013

Le Festival de photo animalière et de nature de Montier-en-Der (du 21 au 24 novembre 2013), vu par Barbara Mai, une participante venue animer le stand de l'expo Spipoll !

Montier 2013 - M.Evanno-MNHN
En route pour Montier !

A ma demande auprès de Mathieu (chargé de l’animation du programme) si des Spipolliens seraient présents au Festival de Montier-en-Der pour présenter l’exposition, celui-ci m'a proposée de m'y rendre en compagnie de l'Opie et du Muséum.

Mercredi. 1er jour.

Rendez-vous était pris à la gare de Versailles : à la sortie du train une coccinelle sur un véhicule jaune me faisait coucou (l’Insectobus de l’Opie !). Combien d'individus ont rendez-vous avec une coccinelle ? J’y retrouve Mathieu et Stéphanie, animatrice de l’Opie.

Maintenant il faut aller jusqu’à Montier-en-Der, en Haute-Marne. C'est un jour de grand soleil mais frisquet. Pause déjeuner sur l'autoroute. Je spipollerais bien dans cet endroit, un lieu exotique  pour moi. Avec trois pâquerettes, même si toutes les données sont bonnes à prendre, les tirages, à installer, nous attendent. Pas le temps pour une collecte !

Les tirages seront-ils à la hauteur des fichiers préparés par Magali (Chargée de communication de Vigie-Nature) ?
Arrivée sur le site du festival, dans l’effervescence générale. Un petit coup de stress, les caisses contenant les tirages sont introuvables à l'accueil...
Toutefois, mon œil aiguisé de spipollienne furète dans la pièce et repère une caisse derrière un stock de matériaux destinés aux expos. Spipoll ! Ouf ! Ce sont bien les nôtres !

Découvertes des tirages. De l'excellent travail de Pascal Bourguignon. La classe! Installation de l'expo, discussions enflammées sur la disposition des panneaux… Léa, Doctorante au Muséum travaillant sur les données du Spipoll arrive à temps pour nous donner un coup de main, et nous trouvons enfin un accord, les panneaux seront tous disposés sur une même ligne afin d’offrir une bonne cohérence visuelle. Le résultat nous plait beaucoup ! Tout de même trois bonnes heures de travail pour arriver à une installation impeccable.



Nous sortons alors les terrariums, qui serviront à animer le stand, à faire découvrir au public ce que sont les insectes: phasmes, grillons et blattes de Madagascar. A la découverte de ces dernières, j'avoue un beau mouvement de recul !

 

Jeudi. 2ème jour.

Mais premier jour d’ouverture au public. Les scolaires sont lâchés. Stéphanie assure des animations « découverte des insectes ». Question d'une fillette de maternelle : « Pourquoi ils se transforment ? » Stéphanie manipule phasmes, chenilles et papillons d'élevage bien vivants. Je n’en suis pas encore à ce stade… Mais les enfants sont fascinés !

Stéphane Hette, photographe à la patte inimitable, "L'homme qui parlait à l'oreille des papillons même que c'est pas grave s'ils en ont pas il y arrive quand même" (et au passage membre du conseil d'administration de l'Opie) est passé nous voir. Il apprécie l’expo, me montre et son travail photographique et les coulisses de ses prises de vues. Quelle chance !

Mathieu ! Chaque fois qu'un festivalier me pose des questions au sujet des bestioles dans les boîtes en verre. "C'est quoi ?", "Est-ce que ça se mange ?" Aucune idée. Mathieu ! Réussir à parler correctement des objectifs scientifiques du Spipoll, ça n'est pas toujours évident, alors causer de grosses bêtes qui ne sont pas dans la liste des taxons du Spipoll ! Mathieu !!!

Lisa, de Vigie Nature (et qui, entre autres activités, est rédactrice du blog de Vigie Nature) nous rejoint le soir même, ainsi que Florie, bénévole de l'Opie, tandis que Stéphanie et Léa nous quittent pour rentrer à Paris.

Nous logeons dans un très joli gîte en bordure du Lac du Der, nous profitons d’ailleurs du chant des grues au petit matin ! Léa nous fait profiter de ses talents de cuisinière…

 

Vendredi. 3ème jour.

Un charmant Monsieur, bénévole du festival s'interroge quand au sort des blattes la nuit. Je lui demande alors de leur chanter une berceuse pour s'assurer qu'elles restent bien dans leur terrarium la nuit.  Efficace sa chansonnette: une naissance de blattes le lendemain !

De nombreuses animations pour les scolaires s’enchaînent, et le public est présent en nombre… La fatigue commence déjà à se faire ressentir ! Les discussions sont nombreuses, l’exposition plaît énormément…

Chouette des bretons super intéressés par le programme ! Nord et Sud de mon département, de quoi explorer de nouveaux territoires en leur compagnie dès le printemps prochain.
Nouvelle rencontre, deux festivaliers-spipolliens, qui  ont laissé tomber à cause des bugs du site web connus au lancement en 2010. J'espère leur avoir redonner l'envie de reprendre en leur donnant quelques astuces, notamment les ré-identifications entre nous.

Je profite d'un moment d'accalmie pour visiter les autres expos.  Les insectes sont les grands absents, à part quelques libellules, papillons et abeilles mellifères, des sujets classiques. Je ne peux pas m'empêcher de faire une collecte juste devant un des sites d’exposition alors que de la neige est annoncée.

Samedi. 4ème jour.

Pour le week-end, c'est au tour de Magali (qui a participé à la conception de l’expo) et Nicolas (chercheur au Muséum) ainsi que Michèle (bénévole de l'Opie) de nous rejoindre. MartineB, spipolienne, passe nous faire un coucou ! (Cf sa collection Spipoll du 24 novembre 2013, 80 000 grues cendrées ont été comptabilisées par là-bas ce week-end-là. Impressionnant.)



Les repas du midi sont pris sur le pouce, directement sur le stand. Est-ce que Magali se souvient de la variété de la pomme de terre utilisée pour les frites ? Un régal. Même pas besoin de les saler tellement elles sont goûteuses.
Je profite de la présence de Nicolas (le chercheur) pour jeter  une oreille de temps en temps. Ça reste un peu flou ce qu'il en fait de toutes nos données.



Samedi soir, retour au gîte, tout le monde est aussi épuisé qu’enthousiaste, il y a tant de personnes à rencontrer (40 000 festivaliers en 4 jours…), tant de moments intenses d’échanges…

Dimanche. 5ème et dernier jour !

Ressemble fort au samedi, un public très nombreux et majoritairement intéressé par notre exposition !
Sur les 4 jours, une expression revient souvent : "Magnifique !". Parfois : "Intéressant !". Très peu de personnes indifférentes ! Ce qui semblait plaire c'est le fait que ces photos aient été réalisées par tout un chacun et montrent une nature « ordinaire », de proximité.

Montier 2013 - Barbara.Mai-Spipoll

17h30, presque plus personne à l’horizon… On remballe ! C’est la course contre la montre, c’est qu’il va falloir rentrer jusqu’en région parisienne ! On remercie les voisins de stands, et je profite d’ailleurs de ce post pour remercier Jean-Claude Bourdon (cela ne s’invente pas !) pour tous ses cafés et ses petites attentions ainsi que tous les bénévoles du festival pour leur chaleureux accueil.

En conclusion

Croiser, rencontrer autant de personnes curieuses, intéressées par la nature sous toutes ses formes fait le plus grand bien en attendant les prochaines rencontres spipoliennes.  Les commentaires sur le web c'est sympa, c'est ce qui m'a permis de pouvoir parler de chaque collection présentée, ça ne remplace pas toutefois l'échange d'humain à humain.  Quoique j'étais plutôt postée  du côté des chaises sous la collection d'Oxyna (Si tes oreilles ont sifflé durant ces 4 jours, il est possible que ça vienne de moi !)

Quelle aventure ce Spipoll, quelle aventure! Ce n'est pas avec cette nouvelle expérience stimulante, un grand merci à l'Opie et au Muséum, que je vais m'arrêter!

Barbara Mai

Remerciements

Un grand merci à Barbara pour son témoignage, ses superbes photos et son aide précieuse, ainsi qu'aux autres bénévoles venus prêter main-forte, Florie et Michèle !

Et bien sûr aux personnes des équipes de l'Opie et de Vigie-Nature, Stéphanie, Léa, Lisa, Magali et Nicolas !

Mathieu, Chargé de l'animation du Spipoll