Oubli de mot de passe
Déjà inscrit ?
 
Se connecter
 
Déjà inscrit ?
 
Nouveau visiteur ?
Date de naissance

Les Hyménoptères

Les champions de la pollinisation sont ici ! Les abeilles et les bourdons se sont spécialisés dans la récolte du pollen et du nectar pour nourrir leur progéniture, butiner leur est donc indispensable pour se reproduire...

  • Hyménoptère
Hyménoptère [L. Vourzay | © MNHN]
Les abeilles, les bourdons et autres hyménoptères floricoles

Tout le monde connait les fourmis pour leur incivilité dans nos cuisines, les abeilles pour leur miel, et les guêpes parfois pour des raisons douloureuses. Mais ils ne sont que les porte-drapeaux des Hyménoptères qui rassemblent près de 280 000 espèces dans le monde dont 8 000 en France. Les espèces ont deux paires d’ailes membraneuses. Celles-ci sont absentes chez les fourmis ouvrières et caduques chez les reines après l’essaimage. L’ordre des Hyménoptères est le seul, avec celui des termites (Isoptères), où l’on trouve des insectes sociaux vivant en colonies.

Les insectes pollinisateurs les plus importants, sont les Apoïdes. Il en existe 900 espèces en France qui rassemblent l’Abeille domestique, les abeilles sauvages et les bourdons. Ces derniers sont des insectes sociaux. Seule la reine passe l’hiver et engendre une nouvelle colonie qui vivra jusqu’à l’automne suivant. À la différence des bourdons et de l’Abeille domestique, les abeilles sauvages elles, sont solitaires. Toutes ces espèces récoltent le pollen et le nectar pour leur propre alimentation mais surtout pour l’alimentation de leurs larves. La disponibilité florale est donc un paramètre essentiel pour leur survie.

La présence de site de nidification est aussi un élément important pour les Apoïdes. Les bourdons et certaines abeilles sauvages comme les halictes nichent dans le sol. De nombreuses espèces comme les xylocopes, aménagent des galeries dans du bois mort. Certaines recherchent des tiges de ronces, de roseaux ou… les trous de nos fenêtres. D’autres se sont spécialisées dans les coquilles vides d’escargot.

La famille des Hyménoptères renferme d’autres espèces floricoles, comme les symphytes qui sont des phytophages s’attaquant surtout aux conifères. Les guêpes sociales, « guêpes vraies » et polistes, sont carnivores mais ne dédaignent pas le nectar. C’est aussi le cas des fourmis qui sont les championnes pour repérer les nectaires. On peut citer encore les « guêpes maçonnes », comme les eumènes, proches des guêpes sociales, qui fabriquent de petites urnes en terre ou encore les scéliphrons, proches eux des abeilles, qui font des nids compacts sur les murs de nos maisons. Ce sont des parasites et dans ces urnes ou nids en terre, il y a les larves qui se nourrissent de chenilles ou d’araignées, préalablement paralysées par les femelles. Ces animaux qui font mourir petit à petit leur hôte sont des parasitoïdes. Ce type de parasitisme est très répandu chez les hyménoptères.